Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jour 375 : Nouvelle n°21

- De la tête aux pieds -

​Du bruit. Il y a du bruit. J'essaie de comprendre. Tout est mélangé. On parle autour de moi, mais je ne comprends pas. C'est le bordel dans ma tête. Et mes yeux qui n'arrivent pas à s'ouvrir. Je lutte. Mes paupières semblent peser une tonne. Et mon corps qui ne bouge pas... Je suis une machine à l'arrêt.

Moi c'est Quentin. Vingt-trois ans. New-Yorkais. Et accessoirement futur joueur de football américain professionnel. Ma passion. Depuis tout petit je ne vis que pour ça. Le ballon est ma drogue. J'ai été choisi comme quarterback pour intégrer l'équipe des Giants, détentrice de quatre Super Bowl. Un accomplissement pour moi. Je m'imaginais déjà entrer sur ce terrain, le MetLife Stadium, entendant le public scander mon nom, alors qu'il y a quelques années de cela je n'étais qu'un gamin fan de cette équipe dans les tribunes avec mon père. Mais le sort en a décidé autrement...

J'ai réussi à ouvrir les yeux. J'ai compris où j'étais. Ils étaient là, tous vêtus de blanc, dans ma chambre, à parler de mon cas. ​J'ai saisi que ça n'était pas bon. Le médecin m'a tout expliqué... Simple comme bonjour. Difficile comme un au revoir. De la musique un peu trop forte dans les oreilles. Un chauffeur un peu trop pressé. Je n'ai rien entendu. Il n'a rien vu. J'ai tout ressenti. Le pire plaquage de ma vie. Victoire nette et avec bavure de mon adversaire d'un jour. Fin d'une carrière à peine entamée pour moi. Un rein éclaté. Main gauche cassée. De multiples contusions sur tout le corps. Une fracture du bassin et les ligaments des deux genoux touchés. Sombre verdict pour cette journée ensoleillée.

C'en était terminé de mes rêves de gloire. Je ne serai donc jamais professionnel. Le public du MetLife Stadium ne crierait jamais mon nom. Je n'offrirais jamais mon maillot avec mon nom dans le dos à mon père. Tout ça pour un peu de musique et un manque d'attention... C'est con !

J'ai passé un mois dans un fauteuil roulant. Un mois à me faire pousser sans pouvoir répliquer. Un mois à me morfondre et pleurer tous les soirs dans mon lit. Un mois sans avenir. Je vivais au passé. Mes amis, ma famille, ils sont tous venus me voir. Mais rien ne m'aidait. Jusqu'au jour où j'ai commencé ma rééducation.

Je l'ai tout de suite vu. Elle, cette petite brune toute fine, aux longs cheveux bruns et aux yeux verts. Deuxième plaquage le plus violent de ma vie. Oui, je suis tombé amoureux de ma kiné en quelques secondes. Pourtant rien n'a été simple. Elle ne m'a pas ménagé. Elle m'a fait souffrir. Je voulais arrêter mais je ne pouvais pas. Je voulais lui dire qu'elle me plaisait. Je ne pouvais pas non plus. Piégé par mon corps. Piégé par mes sentiments.

Malgré les souffrances que mon corps subissait, j'étais pressé d'être à ma séance quotidienne. Deux heures de travail intensif afin de récupérer le maximum de mobilité. Deux heures d'exercices ciblés. Deux heures de bonheur. Je me suis découvert un penchant sadomasochiste. J'aimais souffrir... pour la voir.

Au fil de l'année mon corps a retrouvé une grande partie de sa fonctionnalité. Je n'ai plus besoin de mon fauteuil roulant. J'ai été opéré du rein et de la main. Mes contusions ne sont que de l'histoire ancienne. Mon bassin est guéri et surtout mes genoux vont mieux. Mes séances se sont espacés et... j'ai changé de kiné ! L'ancienne a préféré m'orienter vers un de ces collègues afin de ne pas mélanger vie professionnelle et sentimentale. Oui, j'ai tenté ma chance. Une fois que j'ai pu marcher, je l'ai invité à boire un café. Elle a tout de suite accepté... Touchdown !

L-ios

.

Partager cet article

Repost 0