Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jour 368 : Nouvelle n°20

-Lettre à ma sœur-

Ma chère sœur, si tu lis cette lettre, c'est que je l'ai fait. C'est qu'enfin, une fois dans ma vie, je suis allé au bout de mes idées. Oui, pour moi et surtout pour toi, j'ai accompli ce dont je ne pensais pas être capable. J'y ai été encouragé. Je me suis surpassé en allant au delà de mes convictions. Je n'en retire pas grand chose. Pire, ça ne change rien, ou presque...

A mon âge on ne pense pas à cela. Vingt-deux ans c'est quoi ? Le début d'une vie d'adulte alors que les souvenirs d'enfance sont encore frais. Je pensais avoir tout à découvrir, tout à faire. Je me rêvais aux quatre coins du globe collectionnant les aventures sans lendemain. Je m'imaginais capitaine de mon équipe de foot, bénévole dans une association pour les personnes dans le besoin. J'envisageais même de me remettre à écrire. Rappelle-toi, petit je t'écrivais des cartes postales que je glissais sous ta porte de chambre chaque samedi matin. Adolescent je noircissais les pages de mon carnet intime. On croit toujours que les problèmes d'adolescence sont les plus importants. Maintenant que je t'écris, je me rends compte que j'avais tort...

Je sais, cette lettre ressemble à un adieu. Il n'en est rien. Je ne pars pas puisque je sais que tu penseras toujours à moi. Je prends un autre chemin, plus tortueux. Je m'emprisonne d'une liberté sans fin. Je me détache de tous ces artifices qui font la vie. Je n'ai pas demandé à vivre, je m'en suis accommodé. J'ai adoré cela même, car tu étais là. Je me suis surpris comme je te l'ai écrit plus haut à rêver, à me projeter dans un futur auquel je ne pensais même pas... Là encore j'avais tort...

La faute à cet homme. Que dis-je? Ce monstre, qui s'en même sourciller t'a violé et battu. Sans l'ombre d'un doute, il a profité de ton corps. Ce corps qui lui était interdit mais qu'il a pris de force. Il a du se sentir fort à t'humilier de la sorte. Tu lui appartenais en te refusant à lui. Il a fait de toi son jouet. Il a fait de toi une victime. Cette ordure t'a abusé le soir de tes vingt-cinq ans. Tu étais dans ce bar que tu fréquentais souvent. Tu fêtais ton anniversaire avec tes amis. J'allais arriver. En retard comme à mon habitude. Et il lui a suffit de quelques minutes pour te bloquer dans les toilettes pour commettre l'irréparable. Puis il est parti. Personne ne l'a vu... Cela fait quatre ans que je me dis que si je n'avais pas été en retard, j'aurai pu empêcher ce drame. Quatre ans que je rumine cette théorie...

Depuis ce soir là je me drogue. Je me shoote à la haine et me pique à la vengeance. Cet animal a fait de toi sa proie. Moi? Je suis devenu son chasseur. J'ai arrêté mes études et mis fin à mes rêves. J'ai éteint la lumière de mon cœur et allumé la noirceur de mon âme. Je vous ai abandonné. Toi, papa, maman. Je ne pouvais pas faire semblant. Sourire, rire, reprendre goût à la vie. Tu y es arrivée. C'est ta plus belle réponse. Moi, revolver sur le front de cet homme qui t'a meurtri, j'interroge la mort. Je lui demande si elle est prête à accueillir un nouveau pensionnaire. Car je l'ai retrouvé. J'ai mené mon enquête. J'ai recoupé les témoignages. Rien n'a été simple. Il n'a rien vu venir. Je l'ai traqué. Je n'ai pensé qu'à cela....

Oui je l'ai fait. Oui, j'ai appuyé sur la détente. Il s'est écroulé comme une marionnette à laquelle on coupe les fils qui la retiennent. Je n'ai pris aucun plaisir. Je ne sais plus ce que c'est. Je me sens seulement soulagé. Je sais que mon geste ne changera pas ce qu'il t'a fait. Je sais aussi que je ne te rends pas heureuse malgré le fait de t'avoir vengé. Mais je ne pouvais pas faire autrement. Je ne me pensais pas capable d'une telle folie. Mais comme on dit dans la cour de récréation à l'école primaire : " C'est lui qui a commencé ! ". J'ai fait ce que j'avais à faire. Ne m'en veux pas. Je t'aime ma sœur comme tu ne peux l'imaginer, mais pas assez pour vivre après ce crime. Il me reste une balle. Adieu...

L-ios

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :